Découvrez: Châtillon-sur-Charlaronne

de Bert Schwarz

Châtillon-sur-Charlaronne est situé au cœur de l'ancien département de l'Ain et de la région des lacs de la Dombes. La vieille ville médiévale, nous l'avons appris, est connue pour son extraordinaire splendeur florale et ses bâtiments préservés.

Lors de notre première visite, nous avons eu une première impression de cet endroit en nous asseyant sous l'ancienne halle du marché du 15ème siècle et en nous promenant dans les ruelles étroites.

Découvrez: Châtillon-sur-Charlaronne

Histoire, caméra, éditeur : Bert Schwarz

© travel-magazine TV 2016

Histoires de Franche-Comté
Qui connaît «Les Dombes» ?
A environ 300 m au-dessus du niveau de la mer, la Dombes est un endroit plutôt plat.
Besançon
Nichée dans un méandre du Doubs, voici la capitale cultivée et très attractive de la Franche-Comté.
Châtillon-sur-Charlaronne
Le centre ville médiéval est connu pour son extraordinaire splendeur florale et ses bâtiments préservés.
Pérouges
Un lieu pratiquement inchangé depuis le Moyen Âge.
Trévoux
Un endroit tranquille au bord de la Saône avec un certain nombre de bâtiments étonnamment impressionnants.
Villars-les-Dombes
Un petit village tranquille en plein milieu de la Dombes.

Lors de notre première visite, nous avons eu une première impression de cet endroit en nous asseyant sous l'ancienne halle du marché du 15ème siècle et en nous promenant dans les ruelles étroites.

Châtillon-sur-Charlaronne © Bert Schwarz

Histoire

Châtillon-sur-Charlaronne a une histoire mouvementée derrière elle. Ce lieu s'est alternativement appelé Castellio, Castilio et jusqu'à la Révolution française Châtillon- les-Dombes. C'est pourquoi le patrimoine culturel y est si vaste et heureusement bien préservé. En l'an 1000, il y avait la ville que Châtillon n'a pas. Au 11ème siècle, les seigneurs féodaux ont construit des châteaux et des forteresses, de sorte qu'un château (=château) entre les rivières Chalaronne et Relevant et les gens se sont installés à proximité. Les premiers maîtres furent Hugues, Milo et Humbert. Ces seigneurs sont rapidement devenus les vassaux du seigneur de Beaujeu, qui possédait de nombreuses terres le long de la rive gauche de la Sâone. Ces possessions, dont un "Beaujolais à la part de l'Empire" deviendra plus tard la Principauté de Dombes. Châtillon aurait dû continuer à appartenir à cette principauté, mais, là où l'amour est... Le seigneur de Beaujeu l'a donné en dot à sa fille Sibille lorsqu'elle a épousé Renaud de Bâgé, le souverain de Bresse, en 1228.

Châtillon-sur-Charlaronne © Bert Schwarz

Châtillon subit alors le même sort que la Bresse et passe sous la domination de la Savoie en 1272, lorsque la petite-fille de Sibille de Beaujeu épouse Aimé IV, comte de Savoie. Déjà en 1273, Châtillon a reçu carte blanche, ce qui explique le développement rapide de l'entreprise. C'est à cette époque que la ville s'épanouit, si bien que les remparts, l'église St André et les halles peuvent être construits dès le XVe siècle.

Châtillon-sur-Charlaronne © Bert Schwarz

Grâce au traité de paix de Lyon (1601) entre la France et la Savoie, Châtillon, comme le reste de la Bresse, redevient française et passe à la Bourgogne. Pendant les deux décennies de la monarchie française, Châtillon a contribué au développement de la France, malgré le grand incendie qui a détruit plus de 100 maisons et la plupart des halles en 1670.

La révolution s'accompagne de nombreux bouleversements : la paroisse de Fleurieux est annexée à Châtillon-les-Dombes pour devenir la paroisse de "Châtillon-sur- Chalaronne". Les remparts, la porte de Lyon et de Bourg et le clocher de l'église sont détruits. Néanmoins, de nombreux bâtiments anciens sont encore debout, comme par exemple les halles, où le marché traditionnel continue d'exister tôt le samedi, l'église St André de style gothique tardif, la porte de Villars, et bien d'autres encore. Des bâtiments qui racontent l'histoire de ce lieu qui était vraiment tout sauf ennuyeux.