Châteaux - Palais - Manoirs

Château d'If

de Bert Schwarz

Cette forteresse insulaire photogénique, qui garde l'entrée du vieux port de Marseille, a été immortalisée dans le classique d'Alexandre Dumas "Le comte de Monte-Cristo" de 1844.

La vérité historique est que de nombreux prisonniers politiques ont été emprisonnés ici, dont le héros révolutionnaire Mirabeau et les communards de 1871. En dehors de l'île elle-même, il n'y a pas grand chose à voir, mais elle vaut la peine d'être visitée juste pour la vue du Vieux Port.

Château d'If

Histoire, caméra, éditeur : Bert Schwarz

© mag-voyages TV 2020

Les histoires de châteaux,
de palais et de manoirs
Château des Milandes
La maison de Joséphine Baker.
Château de Beynac
Visiter le château de Beynac, c'est découvrir l'histoire et ressentir le Moyen Âge dans la plus authentique forteresse médiévale du Périgord.
Château de Castelnaud
Les plus anciens documents mentionnant le château remontent au XIIIe siècle.
L'Hôtel-Dieu
Ce manoir de Hautefort abrite une remarquable collection de matériel médical.
Château d'If
une forteresse insulaire gardant l'accès au Vieux Port de Marseille.
Eltz Castle
est l'une de ces fortifications qui ne pourront jamais être conquises.
Landeck Castle
Un endroit inhabituel pour ce château fort.
Trifels Castle
était la forteresse d'un empereur et la préférée de l'empereur Barberousse.
Hambach Palace
iest considéré comme un symbole de la démocratie dans toute l'Allemagne.

Une forteresse clé. François Ier assigne au château d'If un triple objectif : protéger les côtes contre les invasions, couvrir les sorties et les mouillages de la toute nouvelle flotte de galères royales, et garder Marseille, qui est annexée au royaume de France en 1480.

Château d'If © Bert Schwarz
Château d'If © Bert Schwarz

Un prison d'État. De 1580 à 1871, les opposants au gouvernement y étaient emprisonnés sous la direction des protestants et des républicains.

Ce lieu a été rénové ces dernières années. Il reste très peu d'endroits sur cette île qui sont fermés aux visiteurs - car la restauration se poursuit là-bas. Mais ici, nous avons un très grand Mais... En 2011, les travaux à l'extérieur n'en étaient qu'à leurs débuts et à l'intérieur, les cellules étaient visiblement vieilles, lugubres, et on pouvait comprendre la frustration du comte de Monte Christo et des vrais prisonniers - surtout quand la vieille ville de Marseille brille à travers les petites fenêtres dans la lumière du soir.

Maintenant, nous trouvions les cellules (rénovées) presque propres et attrayantes, comme si elles attendaient le prochain invité.

C'est dommage.